Des recherches sur la fibromyalgie primées

Syndrome caractérisé par des douleurs diffuses dans tout le corps associées à une grande fatigue et à des troubles du sommeil, la fibromyalgie touche au moins 2 % de la population française.

L’évolution naturelle de la maladie peut conduire à un total déconditionnement physique, psychologique et social. Des recherches ont montré qu’il existait un lien entre la gravité de cette pathologie et la mauvaise condition physique liée à une inactivité physique ; en revanche, aucune étude contrôlée n’a démontré un lien entre des modifications biologiques et cérébrales induites par l’exercice physique.

20 000 euros de dotation

C’est tout l’enjeu du projet “Fibromy’activ” mené par le docteur Stéphanie Ranque-Garnier, praticien hospitalier au Centre d’évaluation et traitement de la douleur (CETD) au Centre hospitalier universitaire de la Timone. Pour mener à bien ces travaux, le Dr Ranque-Garnier a reçu, hier soir, au CHU, le Prix Casden du jeune chercheur en présence notamment de Philippe Chossat, directeur adjoint de La Timone, de Michel Sirven, directeur général délégué de la Fondation de l’avenir, de Dominique Fouchard, délégué national de la Casden Banque Populaire, d’Anne Donnet, chef de service du CETD, ainsi que de deux adjoints au maire de Marseille, Dominique Tian et Patrick Padovani. Cette dotation de 20 000 euros va permettre à son équipe de poursuivre l’étude auprès de 80 patients.

“Personne ne peut sentir la douleur de l’autre et aucun médicament n’est complètement efficace, a déclaré en préambule Stéphanie Ranque. Cependant, on voit que l’activité physique raisonnée et raisonnable bien adaptée, bien calibrée, permet une amélioration de la qualité de vie et une consommation moins importante de médicaments. Fibromy’activ a démarré depuis deux ans et nous enregistrons des premiers résultats encourageants qui nous poussent à poursuivre. Aujourd’hui on sait que ça marche mais on veut comprendre pourquoi. L’étape suivante va être de déchiffrer, par l’imagerie cérébrale et des études biologiques, l’efficacité de ces nouvelles habitudes de vie. Ce soutien va nous aider à continuer nos recherches.”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *